Coopération Culturelle Internationale, et Jeune!

Coopération Culturelle Internationale, et Jeune!






Le patrimoine joue, aussi, un rôle majeur en dotant la communauté d’un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à la cohésion sociale, sans laquelle le développement est impossible. Pour cela, nous avons entamé des projets socio culturels en vue de la promotion et de la revalorisation du travail fait main, de l’esprit coopératif et du travail des artisanes de tapisseries berbères du village de ouedhref. Dans le cadre de la participation et la co-organisation d’un grand défilé de Haute Couture, de modèles inédits créés à partir des oeuvres de la coopérative par  des stylistes, des étudiants et les artisanes. Le service de Coopération Culturelle du Bureau international Jeunesse de Wallonie Bruxelles international nous a fait confiance dans le port d’un projet qui implique: 8 Jeunes étudiants, un directrice et les artisanes du village de Ouedhref. Le projet a pour objectifs:

  • L’encouragement des étudiants liégeois (Belgique) à aller sur le terrain dans le cadre de leurs études ainsi qu’à l’échange et à la prise de conscience des enjeux économiques et sociaux dans le monde.
  • L’ouverture du monde associatif liégeois au monde associatif tunisien.
  • La mise en réseau des initiatives lancées pour la défense du travail décent des femmes et la protection du patrimoine.
  • La valorisation du travail artisanal et de l’artisane en tant qu’actrice de la société.

le séjour a duré une dizaine de jours, remplis de moments de partage, d’échange et de travail artisanal. Certes, il y a eu des moments difficiles, la pression de l’échéance et l’obligation de résultat. De plus, nous sommes arrivés en zone de conflit momentané entre différent groupes d’idéologies politiques distinctes. Mais, grâce à la motivation des jeune, notre détermination et l’accueil des artisanes, les jours sont passés trop vite. Les moments formels, de formation, de réunions et de créations, ont suivis d’autres moments informels: Certains, ont préféré s’aventurer dans les Oasis. D’autres, juste partagé un moment informel dans le foyer de certaines artisanes.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *