Coopération Culturelle /Multimédia

je suis depuis de nombreuses années un fervent défenseur de l’Environnement, et du mieux vivre. J’ai également aussi la conviction que les échanges culturels ne peuvent que nous enrichir et apporter peut-être certaines solutions à nos problèmes sociétaux. Alors je ne pouvais qu’être emballé par un projet réunissant deux de mes convictions les plus chères .

Laurent Haegdorens

Artiste photographe. Réalisateur

Au départ, deux horizons et deux milieux de vie complètement différents. Ensuite, c’est la rencontre; d’une part, un jeune artiste, vidéaste, photographe Liégeois . D’autre part,  une dizaine d’artisanes créatrices du Mergoum ; une tapisserie ancestrale, un savoir-faire datant de -1100 av Jc, une culture nomade. Enfin, un coordinateur et porteur de projet issu des deux cultures: Liégeoise et Tunisienne: Oussema. En premier lieu, le projet se base sur une envie de partage et d’enrichissement à travers l’autre. Au milieu, un respect profond pour ce que l’on ne connaît pas, pour la culture et la diversité. Au final un mélange entre la Belgique et la Tunisie qui se termine sur les planches d’un défilé liégeois qui se veut écologique, social et entrepreneur d’une réelle intelligence citoyenne. Le projet consiste en la réalisation d’un court film documentaire tournant autour de la vie des artisanes, un reportage photo portant sur leurs outils et leurs mains. Le tout, fera l’objet à exhibition devant un grand public et dans plusieurs lieux de Belgique. Tout ceci, n’est, évidemment, qu’une opportunité pour plonger dans une aventure riche en découverte et en émotions à la rencontre d’un peuple, berbère à l’origine, gardant des savoirs faire et un mode de vie ancestral. Mais, il est dans l’obligation de s’adapter et de s’ouvrir à un occident qui n’a pas, toujours, été prometteur pour la région. Deux mondes complètement différents et, où, malgré tout, les habitants aspirent, peut-être, à la même chose.
Faisant partie d’une population qui essaye, temps bien que mal, de se trouver une place dans ce monde qui va bien trop vite pour ceux qui veulent prendre le temps et vivre simplement mais dignement . L’essor socio-économique du village d’Ouedhref est tenue entre les mains des artisanes du Mergoum, un héritage qu’elles essayent de transmettre et de sauvegarder. Constituant un patrimoine local et humain, les artisanes jouent, aussi, un rôle majeur en dotant la communauté d’un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à la cohésion sociale, sans laquelle le développement est impossible. Or, en l’absence de conditions favorables au travail et d’un revenu décent , le patrimoine perd de sa pertinence et sa viabilité n’est plus assurée. Les artisanes et sous la direction de professionnels vont tenter ensemble de donner forme à leurs convictions à travers ces supports photo/audio/vidéo et ainsi, contribuer à la promotion et la sauvegarde de leur patrimoine et de leur région. Alliant, à la fois, le respect de l’écologie, de l’environnement et la mise en valeur de la récupération des matériaux culturellement encrée dans l’esprit citoyen liégeois. Et peut-être, tenter ainsi de montrer, que le retour aux sources ne signifie pas une régression mais plutôt une forme de sagesse . Et que si les solutions concernant les problèmes de pollution tels que les déchets uniques et le manque de recyclage sont de plus en plus considérés comme une priorité, elles ne reste que des pansements pour un monde qui continue de gaspiller et de surproduire en sciant ainsi la branche sur laquelle il est assis.
Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *